L'Anjou Agricole 27 avril 2017 a 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Vergers : des gelées dévastatrices en Maine-et-Loire

Avril 2017 restera dans les mémoires pour de funestes raisons. Après 26 années où les quelques gelées printanières n’ont pas vraiment nui à la production arboricole, la tendance s’inverse. Zoom dans les vergers de Régis Baudouin, à Villebernier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
A gauche, un corymbe de pommes gelées, et à droite, un corymbe de pommes encore viables.
A gauche, un corymbe de pommes gelées, et à droite, un corymbe de pommes encore viables. - © AA

Les nuits du 19 au 20 avril et du 20 au 21 avril derniers ne sont pas sans rappeler celle du 21 au 22 avril 1991. - 3°C en moyenne sur les bords de Loire. « C’est la première fois depuis 1991 qu’il y a eu autant de dégâts sur la production. Du jamais vu », ne fait que constater Régis Baudouin, responsable de l’EARL éponyme.

Installé depuis le 1er juillet 1997 à Villebernier, près de Saumur, il voit se profiler une deuxième année de récoltes compliquée consécutive, après l’épisode de grêles de 2016, qui avait eu pour conséquence une production de seulement 40 tonnes par hectare. Certains des printemps passés avaient vu des épisodes de gel, comme en 2003, mais sans grande conséquence sur les volumes de productions. Cette année, même des protections, comme les toits anti-gel, n’ont pas semblé efficaces...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 28 avril 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.