L'Anjou Agricole 29 septembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Vers une ­amélioration de la ­qualité de l’eau

Afin de préserver le captage de ­Candé­-Vritz, les pouvoirs publics ont signé, lundi 26 septembre, un contrat territorial engageant un programme d’actions sur 5 ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurent Lelore, représentant de la CA 49 ; Marine Ruaux, directrice adjointe de la Délégation Maine Loire Océan de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne ; Pierre Bessin, directeur de la DDT 49 et Gérard Delaunay, président du Siaep du Segréen.
Laurent Lelore, représentant de la CA 49 ; Marine Ruaux, directrice adjointe de la Délégation Maine Loire Océan de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne ; Pierre Bessin, directeur de la DDT 49 et Gérard Delaunay, président du Siaep du Segréen. - © AA

Lutter contre la contamination chronique par les nitrates des eaux servant au captage de Candé-Vritz, telle est l’ambition du contrat territorial signé le 26 septembre à la mairie de Candé par le Siaep du ­Segréen, l’Agence de l’eau Loire-­Bretagne, la Chambre d’agriculture et la DDT. Ce programme d’actions, basé sur 5 ans veut “reconquérir” la qualité des eaux brutes afin de protéger l’Aire d’alimentation des captages (AAC) prioritaires des Thuyas, de la Kiriaie F1 et F2 situés sur la commune de Vritz en Loire-­Atlantique. En effet, si le captage se fait bien en Loire-
Atlantique, il alimente plus de 4 500 habitants du Maine-et-Loire. C’est pour cette raison qu’il a été catalogué comme l’un des 12 captages prioritaires du département angevin.
Ce nouveau contrat est estimé à 562 240 euros financé à 58 % par l’Agence de l’eau, 3 % par le Conseil régional et 10 % par la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire.

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 30 septembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui