L'Anjou Agricole 17 juin 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Viande bovine française : pas d’accès au marché chinois avant 2019

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Face à une forte croissance de la consommation de viande bovine, la Chine ouvre son marché à de nouveaux pays exportateurs. Mais le processus d’agrémentation, imposé par le gouvernement chinois, est très complexe, a indiqué FranceAgriMer lors de la journée organisée par l’Institut de l’élevage sur les marchés mondiaux de la viande.

En Chine, la production de viande de bœuf reste marginale (7 % de la production totale de viande) mais elle ne couvre cependant que 80 % de la consommation intérieure. Pour combler son déficit, la Chine a importé 1,8 million de tonnes équivalent carcasse dont plus de la moitié en provenance d’Inde et du Brésil.

La viande bovine française est reconnue en Chine pour sa qualité. La campagne promotionnelle d’Interbev intitulée « french beef, a taste of terroirs », la promeut ambassadrice de la gastronomie française. La traçabilité exemplaire des abats tout au long de la chaine de transformation et de distribution, rassure les consommateurs chinois. François Blanc, chef de mission à FranceAgriMer, est convaincu que le processus d’agrémentation aboutira mais pas avant 2019.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui