L'Anjou Agricole 04 avril 2017 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Viande et lait : l'UFC Que Choisir s'impatiente sur l'étiquetage de l'origine

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © jc gutner

L'UFC-Que Choisir s'impatiente sur l'étiquetage de l'origine du lait et de la viande : les industriels ont depuis janvier 2017 l'obligation d'indiquer l'origine du lait et de la viande qu'ils mettent en oeuvre dans la fabrication de leurs produits transformés.

Or, dans plus d'un cas sur deux, l'industrie alimentaire « s'obstine à maintenir l'opacité sur l'origine des ingrédients qu'elle utilise », indique une enquête de l'association publiée le 3 avril. Cette absence d'information « est d'autant plus inadmissible que les fabricants disposaient d'un délai de mise en oeuvre suffisamment long » : les modalités détaillées d'étiquetage ont été définies en juillet dernier et une tolérance de trois mois après l'entrée en vigueur de la mesure a été accordée, soit jusqu'au 31 mars, s'irrite l'UFC-Que Choisir.

Un produit sur 5 ne mentionne « pas la moindre origine des ingrédients ». De plus, près d'un produit étiqueté sur deux est étiqueté «origine UE», notion d'origine «plus vague» dans laquelle «les fabricants se sont engouffrés pour près d'un produit étiqueté sur deux».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.