L'Anjou Agricole 28 février 2019 à 12h00 | Par AA

Vigilance sur le charançon de la tige

Les conditions météo très clémentes de ces dernières semaines favorisent une bonne reprise de végétation, mais aussi les vols du parasite le plus redouté des producteurs de colza.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A g., charançon de la tige du colza : uniformément gris cendré, pattes noires, taille comprise entre 3 et 4,5 mm. A d., charançon de la tige du chou : pattes rousses, couleur du corps noire avec pilosité rousse puis grise, taille entre 3 et 3,5 mm.
A g., charançon de la tige du colza : uniformément gris cendré, pattes noires, taille comprise entre 3 et 4,5 mm. A d., charançon de la tige du chou : pattes rousses, couleur du corps noire avec pilosité rousse puis grise, taille entre 3 et 3,5 mm. - © AA

Une fin février atypique. Températures frôlant les 20° C durant plusieurs jours, absence de précipitations, stade végétatif C2 (entre-noeuds visibles) : il n’en fallait pas plus pour déclencher les 1ers vols de charançons de la tige du colza.

Dans les pièges, de type “cuvette jaune”, des agriculteurs membres du réseau de surveillance biologique du territoire, « on a déjà beaucoup de captures », s’inquiète Florence Léon, chargée d'expérimentations au service grandes cultures de la Chambre. Les déplacements de l’insecte sont « massifs » et, semble-t-il, « durables ». Si nécessaire, la lutte chimique pourra être mise en place dans les 8 jours suivant les 1ères captures. Attention, toutefois, à ne pas confondre ce charançon avec celui de la tige du chou (voir photo). Qui, lui, ne nécessite pas de traitement insecticide.

Cf. Bulletin de santé du végétal du 26 février, sur le site de la Chambre d'agriculture des Pays-de-la-Loire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui