L'Anjou Agricole 22 août 2018 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Vin : en Alsace, les vendanges de crémant débutent le 22 août

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Patrick Cronenberger

Les vendanges ont commencé le 22 août en Alsace pour le crémant et doivent débuter le 3 septembre pour les autres vins, un démarrage précoce en raison de la sécheresse de l'été, ont décidé les viticulteurs alsaciens le 19 août.

Ces dates du 22 août pour le Crémant et du 3 septembre pour les vins d'appellation d'origine contrôlée (AOC) dits tranquilles ont été fixées lors de l'assemblée générale de l'Association des viticulteurs d'Alsace (AVA) à Colmar. Il s'agit de dates particulièrement précoces pour le démarrage des vendanges dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, généralement plutôt fixé début septembre.

En 2017, année où les vignes avaient été mises à mal par le gel, les vendanges de crémant avaient déjà été lancées tôt, le 24 août. "Nous espérons un bon millésime, même s'il sera moins important que ce qu'on avait prévu" à cause de la sécheresse de l'été, a indiqué à l'AFP Jérôme Bauer, président de l'AVA, qui rassemble presque 4.000 viticulteurs. Face à des raisins déjà arrivés à maturité, quelques viticulteurs ont fait une demande de pré-vendange et ont donné les premiers coups de sécateurs dès vendredi.

"Nous espérons vivement rentrer au moins un million d'hectolitres", après une production 2017 particulièrement faible de 907.000 hectolitres, a déclaré Gilles Neusch, directeur du Conseil interprofessionnel des vins d'Alsace.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui