L'Anjou Agricole 16 décembre 2015 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Vin : forte baisse de budget et coupe de 50% du personnel à l’interprofession InterLoire

InterLoire, interprofession des vins du Val de Loire, a adopté le 15 décembre à son assemblée générale un budget passant de 7,7 millions d’euros à 4,6 millions, tandis que ses effectifs passeront d’une quarantaine de salariés à une vingtaine en une année.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

Fruit de trois interprofessions (Anjou, Touraine et Muscadet) qui ont fusion, InterLoire avait conservé trois sites administratifs. Les Maisons des Vins de Nantes, Saumur et Tours sont fermées depuis la mi-novembre. La Maison des Vins d’Angers fermera ses portes à la fin de l’année. À compter de janvier 2016, l’ensemble des collaborateurs se trouvera au siège social à Tours. Le budget prévisionnel 2016 adopté ce jour intègre une baisse de 40% des cotisations. InterLoire entend « se concentrer sur ses métiers de défense et de promotion des vins du val de Loire », laissant davantage les appellations mener leurs stratégies commerciales spécifiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.