L'Anjou Agricole 22 février 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Vin : FranceAgrimer et le Cniv détaillent le volet «environnemental» du plan de filière

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le Comité national des interprofessions des vins à appellation d'origine (Cniv) et FranceAgrimer ont détaillé le 21 février le volet « environnemental » du plan de filière Vins. La filière annonce une série d'objectifs: une « réduction de 50 % de l'usage des produits phytosanitaires » à 2025, le renouvellement de deux tiers du parc de pulvérisateurs « peu performants » à 5 ans, une sortie des « herbicides de synthèse » selon un agenda « à définir », une obligation à 3 ans de ne pas avoir de désherbage « chimique » sur au moins 50 % de la surface (hors vignobles en forte pente et faible écartement inter-rangs), atteindre 50 % d'exploitations certifiées Haute valeur environnementale (HVE) à 2025, atteindre 50 % de vins « sous démarche environnementale » (HVE ou bio) en grande distribution en 2025. Pour atteindre ces objectifs, le président du Cniv, Jean-Marie Barillère, et celui de FranceAgrimer, Jérôme Despey, ont plaidé pour un accompagnement fort de l'Etat, afin qu'il soit plus rentable de pratiquer une viticulture « durable » qu'une viticulture « assurantielle ». Dans le cas du machinisme, cela pourrait passer par des soutiens issus de l'OCM viti-vinicole ou du futur plan d'investissement de l’État de 5Mrd€, proposent les représentants de la filière.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui