L'Anjou Agricole 26 août 2016 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Vin : la production française devrait baisser de 10 %

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La production française de vin 2016 s'annonce en baisse d'environ 10 % par rapport à l'an dernier, à cause des intempéries qui ont affecté le vignoble depuis avril, a annoncé le 25 août le ministère de l'Agriculture. La récolte, affectée par divers épisodes de gel, de grêle et d’une sécheresse aggravée près de la Méditerranée, atteindrait 42,9 M hl contre 47,9 M en 2015, et serait inférieure de 7 % à la moyenne quinquennale, selon Agreste.

« Le gel de printemps qui a touché certains bassins viticoles (Champagne, Bourgogne et Val de Loire), les épisodes récurrents de vent, conjugués à l'aggravation de la sécheresse sur le pourtour méditerranéen et les dégâts liés à la grêle dans certains bassins (Charente, Bourgogne-Beaujolais, Languedoc-Roussillon) pèsent sur le potentiel de production, dont le niveau est révisé à la baisse par rapport à l'estimation de juillet », indique Agreste.

En Champagne, la baisse de production tournerait autour d'un tiers. Le vignoble y est en retard d'une semaine par rapport à la moyenne sur dix ans. En Bourgogne et Beaujolais, le recul atteindrait 21 %, avec une dizaine de jours de retard pour les vendanges. Dans les Charentes, la production baisserait de 16 %. En Languedoc-Roussillon, le recul prévu est de 9 %.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui