L'Anjou Agricole 26 juillet 2016 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Vin : la production française inférieure à la moyenne

La production française de vin s’annonce inférieure de 4% à la moyenne des cinq dernières années, indique Agreste, la publication statistique du ministère de l’Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’estimation de la production peut encore varier parce que la forte pression du mildiou peut faiblir, comme c’est le cas en Languedoc sous l’effet du mistral et de la tramontane. De plus, c’est en août que la pluviosité ou la sécheresse fera grossir ou non les grains de raisin, et influencera dans un sens ou dans l’autre le niveau de la vendange.
L’estimation de la production peut encore varier parce que la forte pression du mildiou peut faiblir, comme c’est le cas en Languedoc sous l’effet du mistral et de la tramontane. De plus, c’est en août que la pluviosité ou la sécheresse fera grossir ou non les grains de raisin, et influencera dans un sens ou dans l’autre le niveau de la vendange. - © AA

À 44 millions d'hectolitres, elle s’établirait à un niveau inférieur de 8% à celui de 2015. « Le gel de printemps affecterait fortement le potentiel de production de la Champagne, de la Bourgogne et du Val de Loire », mais de toute façon, « la production est annoncée en baisse sur un an dans presque tous les bassins ».

 

Le ministère note une « présence du mildiou dans toutes les régions », y compris en Provence et en Corse, même si ces attaques ne couvrent pas tout le vignoble.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui