L'Anjou Agricole 07 décembre 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Vin & Société lance une campagne “Le Vin, je l'’aime, je le respecte”

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Vin & Société, l’'association qui défend la filière viticole auprès de la société civile, lancera à partir du 6 décembre une campagne nationale grand public sur le thème : « Le Vin, je l’'aime, je le respecte ». Il s'’agit de la première campagne d'’information nationale grand public vulgarisant les repères de consommation. Ces repères de consommation, définis par les autorités de santé, sont moins connus pour le vin que pour les fruits et légumes (avec le fameux « au moins 5 fruits et légumes par jour »).

De la pédagogie sur le vin
L’objectif de cette campagne est faire de la pédagogie sur le vin, « préférable à l'’interdiction », en visant notamment les consommateurs occasionnels (modérés et amateurs), un pan de la population qui devient de plus en plus important.

« Je sais m’'adresser à un consommateur occasionnel, qui a une volonté d’'apprendre à connaître les terroirs, les cépages, les accords mets-vins », a précisé Joël Forgeau, président de Vin & Société. En revanche l’'association estime ne pas pouvoir avoir de prise sur le phénomène du « binge drinking » (« alcool défonce »), qui échappe à tout repère culturel. « Aimer le vin, c’est aussi avoir un grain de raison », sera un des slogans de cette campagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui