L'Anjou Agricole 26 janvier 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Voeux à l'agriculture: pas de « budget moins ambitieux pour la Pac », promet Emmanuel Macron

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vœux d''Emmanuel Macron au monde agricole, le 25 janvier 2018 à Saint-Genès-Champanelle (Puy-de-Dôme).
Vœux d''Emmanuel Macron au monde agricole, le 25 janvier 2018 à Saint-Genès-Champanelle (Puy-de-Dôme). - © Actuagri

Lors de ses vœux à l'agriculture le 25 janvier, le président de la République Emmanuel Macron a répété par deux fois son souhait que la Pac « n'ait pas un budget moins ambitieux » à cause du Brexit et des nouvelles missions allouées à l'Union européenne. «Je souhaite défendre une Pac aux ambitions préservées. La sortie du Royaume-Uni, la définition de nouvelles priorités pourrait conduire certains dans la négociation que nous avons à vouloir réduire l'ambition de cette politique ; ce n'est pas le souhait que je porte ».

Il a par ailleurs plaidé pour un Pac « plus simple » et « moins bureaucratique », et une clarification des rôles avec les Régions. Le Président répond ainsi au député européen Michel Dantin qui l'accusait, sur son blog le 9 janvier, de « désintérêt manifeste pour la Pac » dénonçant « le refus français de vouloir incarner un leadership en faveur du budget agricole », suite à la parution d'une note, datée de décembre 2017, des autorités françaises à la Commission européenne relative au prochain cadre financier pluriannuel.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui