L'Anjou Agricole 14 avril 2017 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Volailles et palmipèdes : 32 signataires pour le Pacte influenza aviaire validé le 13 avril

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Armelle Puybasset

Le 13 avril, le « Pacte de lutte contre l’influenza aviaire et de relance de la filière foie gras » a été signé par 32 représentants des filières volaille et palmipède gras, notamment les organisations professionnelles agricoles mais aussi les régions et les départements concernés par le virus.

Ce pacte présenté par Stéphane Le Foll, le jour même, comporte six grands axes de travail qui se déclinent « en actions phares » pour les années à venir et représente « un engagement de chacun ». Formations, audits, protection des élevages… le financement du plan devra être soutenu en majeur partie par la filière, avec « une hausse du coût de production », comme l’a précisé Christophe Barrailh, président du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, présent à la signature du pacte. La question du seuil du nombre d’animaux en bande sera tranchée ultérieurement par le ministre lui-même, d’ici une quinzaine de jours. Stéphane Le Foll a également annoncé le passage du statut de la France de « pays à risque élevé » à « pays à risque modéré », vis-à-vis de l’influenza, entrainant une diminution des contraintes dans les élevages (publication du décret le 14 avril).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui