L'Anjou Agricole 02 janvier 2020 à 09h00 | Par AA

ZNT : les distances de sécurité vis-à-vis des tiers sont fixées

Le Gouvernement a décidé d'imposer des zones de non-traitement de 20 m, 10 m et 5 m variables selon les produits et les cultures, dans lesquelles l'épandage des produits phytosanitaires est interdit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le dispositif est applicable depuis le 1er janvier, sauf pour les cultures déjà semées dont la date d'application est reportée au 1er juillet 2020.
Le dispositif est applicable depuis le 1er janvier, sauf pour les cultures déjà semées dont la date d'application est reportée au 1er juillet 2020. - © AA

Comme le Gouvernement s'y était engagé, les ministres de la Santé, de la Transition écologique et l'Agriculture ont annoncé, le 20 décembre dernier, un nouveau dispositif de protection des riverains contre les épandages de produits phytosanitaires. Le décret encadrant les chartes et l'arrêté fixant notamment les futures ZNT (zones de non traitement) sont parus au Journal Officiel le 29 décembre (les textes sont eux datés du 27/12). Des distances de sécurité seront donc à respecter autour des lieux d'habitation (à partir des clôtures) par les agriculteurs lors du traitement des cultures à savoir : 20 m incompressibles pour les substances les plus préoccupantes (CMR), 10 m pour les cultures de plus de 50 cm de hauteur (viticulture, arboriculture notamment) et 5 m pour les autres cultures. Le dispositif est applicable depuis le 1er janvier, sauf pour les cultures déjà semées dont la date d'application est reportée au 1er juillet 2020.

A l'exception des distances de 20 m qui restent figées, les distances de sécurité fixées au niveau national de 10 et 5 m peuvent faire l'objet d'un aménagement au niveau départemental sous réserve de l'organisation d'une concertation locale et d'une validation, par le préfet d'une charte d'engagements. Mais elles ne s'appliquent pas près des lieux hébergeant des personnes vulnérables (maisons de retraite, écoles, etc).

Afin d'accompagner les agriculteurs dans la réduction de l'utilisation de produits phytosanitaires, un appel à projets national sera mis en place dès le printemps 2020. Cet appel à projets sera confié à FranceAgriMer avec un budget global de 25 millions d'euros. Cette enveloppe permettra ainsi de compléter le soutien déjà accordé à ce type d'investissement porté actuellement par les agences de l'eau, le ministère de
l'Agriculture et de l'Alimentation et les conseils régionaux. Les filières viticulture, arboriculture et maraîchage devront bénéficier prioritairement de ce type d'accompagnement pour investir dans des matériels plus performants.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La réduction des produits phytosanitaires est un combat de tous les jours. Tout le monde doit travailler main dans la main, et il est primordial de penser et d’agir de manière systémique,

a dit Benoit Jeannequin, de l’Inrae, lors du colloque sur les cultures spécialisées économes en phytosanitaires, jeudi 16 janvier à Angers.

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre de foyers (hors chauffage), dont la consommation d'énergie sera couverte par le Parc éolien de l'Hyrôme, composé de 5 éoliennes entre Chanzeaux et Valanjou. Démarrage prévu en mars.