L'Anjou Agricole 01 février 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Projet de loi EGalim : rendre les contrats écrits plus attractifs mais pas obligatoires

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © jc gutner

Une large partie du projet de loi EGalim, présenté en conseil des ministres le 31 janvier, porte sur la réforme des contrats écrits en agriculture (initiative donnée au producteur de proposer le contrat,  prise en compte" d’indicateurs de coûts de production ou de marché dans le calcul des prix...).

Lors d'une conférence de presse la veille, le ministère de l’Agriculture a expliqué que « le choix est fait de ne pas rendre la contractualisation obligatoire par la loi » mais bien de la rendre plus attractive : « il faut que les acteurs se l’approprient, que les interprofessions s’emparent du sujet. La contractualisation va essaimer parce qu’elle sera intéressante ».

Des sanctions sont prévues en cas de non respect des règles fixées pour la contractualisation (avec un plafond de 75 000 euros/an). Le projet de loi rappelle que, depuis 2010, les contrats écrits peuvent être rendus obligatoires dans chaque filière par accord interprofessionnel, ou par décret du Conseil d’État.

Les discussions parlementaires devraient débuter en mars-avril, selon le ministère de l'Agriculture. La plupart des ordonnances devrait entrer en vigueur six mois avec promulgation des lois d'habilitation - celles qui concernent les négociations commerciales doivent être mises en œuvre avant le début de ces dernières.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ça coince sur la répartition de la valeur.

selon la FNPL. La répartition de la valeur a été au coeur des discussions du conseil d’administration du Cniel du 11 juillet.

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Selon les dernières estimations au 1er juillet, la production française de blé tendre atteindrait 36,1 millions de tonnes (Mt), en léger recul de 1,3 % par rapport à l’année précédente, annonce le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture le 10 juillet.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui