L'Anjou Agricole 18 novembre 2016 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Influenza aviaire H5N8 : 71 communes de Maine-et-Loire en risque élevé

71 communes des Basses Vallées Angevines et du bocage Angevin sont déclarées en risque élevé, communique la Préfecture de Maine-et-Loire sur son site internet vendredi 18 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La zone à risque épizootique (Arrêté du 16 novembre 2016).
La zone à risque épizootique (Arrêté du 16 novembre 2016). - © DDT Maine-et-Loire

Compte tenu des cas d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volatiles qui ont été détectés chez les oiseaux sauvages et dans des élevages commerciaux en Europe, le ministère de l’Agriculture a décidé de renforcer les mesures de biosécurité applicables dans les élevages de volailles et de relever le niveau de risque pour la France au niveau "élevé" sur les "zones écologiques à risque particulier" qui concentrent la faune sauvage et"modéré" sur le reste du territoire métropolitain.


Dans le Maine-et-Loire, cette décision se traduit de la façon suivante :


- les 71 communes des zones humides des "Basses Vallées Angevines" :
Loire-Authion, Le Lion d’Angers, Angers, Aviré, Avrillé, Baracé,
Beaucouzé, Bouchemaine, Erdre-en-Anjou, Briollay, Brissarthe,
Cantenay-Epinard, Chambellay, Champigné, Chenillé-Champteusse, La Chapelle-Saint-Laud, La Chapelle-sur-Oudon, Châteauneuf-sur-Sarthe, Jarzé-Villages, Cheffes, Morannes-sur-Sarthe, Cherré, Contigné, Corzé,Daumeray, Durtal, Ecouflant, Ecuillé, Feneu, Grez-Neuville, Huillé, La Jaille-Yvon, Juvardeil, Lézigné, Louvaines, Marcé, Marigné, Longuenée-en-Anjou, Miré, Montguillon, Montreuil-Juigné, Montreuil-sur-Maine, Verrières-en-Anjou, Le Plessis-Grammoire, Les Ponts-de-Cé, Querré, Saint-Barthélémy-d’Anjou, Saint-Clément-de-la-Place, Sainte-Gemmes-sur-Loire, Saint-Martin-du-Bois, Saint-Sauveur-de-Flée, Sarrigné, Sceaux-d’Anjou, Seiches-sur-le-Loir, Soeurdres, Soulaire-et-Bourg, Thorigné-d’Anjou,Tiercé, Trélazé, Villevèque


- et du "Bocage Angevin" : Armaillé, Carbay, Challain la Potherie, Noellet, Pouancé, La Prévière, Saint-Michel-et-Chanveaux, Le Tremblay,

sont déclarées en niveau à risque élevé en raison du passage important d’oiseaux sauvages.

Les mesures

Les principales mesures de biosécurité renforcées à mettre en œuvre sans délai dans ces communes sont :
- le confinement (ou la protection par des filets) des élevages
non-commerciaux (c’est à dire les basses-cours des particuliers) est
obligatoire sans dérogation possible ;
- le confinement (ou la protection par des filets) des élevages
commerciaux est également appliqué ; une dérogation est permise sous couvert de réduction des parcours et validation du plan de biosécurité par une visite du vétérinaire sanitaire. 130 élevages sont concernés dans cette zone ;
- les rassemblements et expositions d’oiseaux restent autorisés aux
seuls oiseaux d’ornement détenus et élevés de manière systématique en cage ;
- le transport et l’utilisation des appelants et les lâchers de pigeons
sont interdits ;
- le transport et le lâcher de gibiers à plume sont interdits.
Concernant les autres communes du département situées en zone à risque modéré, les mesures de biosécurité définies dans l’arrêté ministériel du 8/02/2016 s’appliquent.

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 25 novembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L’ambition est de multiplier par 5 les surfaces de cultures associées à horizon 5 ans

a annoncé Terrena. La coopérative poursuit le déploiement des associations de cultures, en accueillant un séminaire du projet ReMIX, qui vise à généraliser cette pratique économe en intrants.

Le chiffre de la semaine
13 %
Agri-Éthique, présenté comme un pacte de commerce équitable 100 % origine France, affirme le 23 mai peser 173,6 M€ de ventes aux consommateurs en 2017 (+13 %) avec 45 références alimentaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui