L'Anjou Agricole 05 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Rouget le ­braconnier : des agriculteurs sur scène

La 47ème saison du théâtre d'hiver de ­Daumeray débutera le samedi 21 janvier. Sur scène, des agriculteurs bénévoles donnent la réplique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La base de jeu et la mise en scène par Jules Davy se transmettent de génération en génération.
La base de jeu et la mise en scène par Jules Davy se transmettent de génération en génération. - © théâtre de Rouget le braconnier

Rouget le braconnier, c'est l'histoire de Louis Rouget, fils de paysan et habitant de ­Daumeray au  milieu du 19ème siècle. Alors qu'il vit dans une pauvreté extrême, ce père de famille braconne pour survivre. Pris sur le fait par les autorités, il blesse le gendarme ­Javelle alors qu'il s'enfuit. Poursuivi, il se réfugie alors dans la forêt où il réussit à survivre, avec l'aide des habitants de la région pendant près de 2 ans. Rattrapé par la justice, celui qui défraye alors la chronique est envoyé, en 1857, dans un bagne de Guyane. Depuis, ­Rouget le braconnier est devenu une figure incontestée du Haut-­Anjou. Son histoire, plusieurs fois adaptée en livres et en films, continue de passionner les habitants de ­Daumeray et a particulièrement retenu l'attention de Jules Davy, instituteur du village dans les années 70 qui l'adapte en pièce de théâtre. La première a lieu en 1971 et depuis, tous les ans, les habitants de Daumeray se retrouvent pour rejouer l'histoire de ­Rouget.
« La pièce a été écrite pour l'école primaire privée Notre-Dame, précise Dominique Davy, membre actif de la troupe et fils de Jules Davy. Depuis le début de l'aventure, les recettes de la saison servent au financement de cette école de Daumeray et au remboursement des prêts que nous avons effectués pour améliorer les infrastructures. » Parmi les 110 bénévoles, il est donc tout à fait normal de retrouver des parents d'élèves du village, mais bon nombre de ces bénévoles sont aussi des agriculteurs. « L'agriculture occupe une place importante à ­Daumeray, continue ­Dominique Davy. Dans les années 70, la majorité des parents d'élèves étaient des agriculteurs. C'est même pour ça que la pièce n'est jouée traditionnellement qu'en hiver. »

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 6 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui