L'Anjou Agricole 14 février 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Oser s’installer et investir en porc

Le Comité régional porcin (CRP) a organisé une journée d’information et d’échanges à destination des éleveurs et des jeunes en formation, mardi 13 février à Saint-Jean-de-Linières (49). Témoignages et perspectives.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ludovic Posnic et Alexandre Bourge, deux éleveurs tout aussi passionnés. Le premier s’est installé après un tiers, le second est en Gaec avec ses frères et un tiers. « Ce n’est pas parce qu’il y a des liens familiaux que c’est plus facile », souligne Alexandre Bourge.
Ludovic Posnic et Alexandre Bourge, deux éleveurs tout aussi passionnés. Le premier s’est installé après un tiers, le second est en Gaec avec ses frères et un tiers. « Ce n’est pas parce qu’il y a des liens familiaux que c’est plus facile », souligne Alexandre Bourge. - © AA

« Renouvellement des générations, installation, modernisation, diversification... Les défis sont nombreux à relever pour la filière porcine des Pays-de-la-Loire », a résumé Gérard Bourcier, président du CRP, lors de la journée du 13 février, suivie par de nombreux éleveurs et lycéens. Pour dresser un panorama de la production régionale, et pourquoi pas déclencher des vocations, des éleveurs sont venus témoigner. Ils ont montré combien la technicité, l’assise financière et foncière mais aussi l’ouverture d’esprit, les qualités humaines et la ténacité sont nécessaires pour mener à bien un projet.

Après 12 années de salariat comme conseiller en élevage, Ludovic Posnic s’est installé à Melay, avec 280 truies naisseur-engraisseur sur 36 ha au départ, (105 ha aujourd’hui). Clés de sa réussite : outre la technicité, c’est l’entente avec les cédants, - « il faut se dire toutes les choses, bien étudier le dossier »-, la reprise du salarié, et un fort lien au sol, qui ont facilité les choses.

« L’arrivée d’un associé est un moteur »

Autre cas, Alexandre Bourge, installé à Saint-Gervais-en-Belin  (72)  au sein d’une exploitation familiale. Pour mettre tous les atouts de son côté, le Gaec a décidé de réaliser un audit relationnel ainsi qu’une réévalution de la valeur de l’outil de production à chaque mouvement au sein du Gaec (4 associés, 1 salarié). « Pour moi, témoigne Alexandre  Bourge, l’arrivée d’un associé est un moteur, qui nous fait entrer à chaque fois dans une nouvelle dynamique de projet », apprécie-t-il.

Un arrêt forcé, suivi d’une conversion bio

Comment faire évoluer son élevage, dans un contexte sociétal parfois très hostile à la production porcine ? Franck Bluteau, installé sur une commune touristique du littoral vendéen,  a vécu un « arrêt forcé de la production porcine » en 2010, devant l’opposition à la production porcine d’associations...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 16 février 2018.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ça coince sur la répartition de la valeur.

selon la FNPL. La répartition de la valeur a été au coeur des discussions du conseil d’administration du Cniel du 11 juillet.

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Selon les dernières estimations au 1er juillet, la production française de blé tendre atteindrait 36,1 millions de tonnes (Mt), en léger recul de 1,3 % par rapport à l’année précédente, annonce le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture le 10 juillet.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui