L'Anjou Agricole 27 mars 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Volaille: la région Bretagne prête à soutenir le volailler Doux

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pascal Le Douarin

La région Bretagne est prête à mettre jusqu'à 15 millions d'euros sur la table afin d'accompagner un éventuel projet de reprise du volailler Doux en difficulté, indique-t-elle le 26 mars à l'issue d'un vote en ce sens.

Les élus régionaux ont voté à l'unanimité en faveur d'une telle mesure proposée par le président socialiste de la région, Loïg Chesnais-Girard, précise un communiqué. « Avec la possibilité que nous avons, depuis octobre dernier, d'entrer au capital d'une entreprise privée, nous disposons désormais de tous les moyens pour prendre nos responsabilités », explique Loïg Chesnais-Girard.

« Mes priorités sont d'une part, l'emploi des salariés et des éleveurs en Bretagne, d'autre part, la structuration d'une filière pérenne en France », ajoute-t-il dans le communiqué. Le groupe Doux est actuellement en discussion avec l'Ukrainien MHP en vue d'une éventuelle reprise. Ce dernier, qui se présente comme le leader de la volaille en Ukraine, dispose jusqu'à mercredi minuit pour déposer une offre de reprise.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.