L'Anjou Agricole 05 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Mondial du Lion : un outil de promotion du territoire

Le Lion-d’Angers accueillera du 19 au 22 octobre la 32ème édition du championnat du monde de concours complet, réservé aux chevaux de 6 et 7 ans, qui sacrera les futurs cracks de la discipline.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Fire Fly est le cheval sacré champion du monde en 2016 dans l’épreuve des 6 ans, monté par Christopher Burton, cavalier australien.
Fire Fly est le cheval sacré champion du monde en 2016 dans l’épreuve des 6 ans, monté par Christopher Burton, cavalier australien. - © Solène Bailly Photos/AA

Le Mondial du Lion-d’Angers, c’est le rendez-vous équestre de l’automne, où défilent les jeunes chevaux que l’on retrouvera lors des Jeux Olympiques et des grosses échéances internationales. Mais en dehors de la compétition stricto sensu, le Mondial du Lion s’instaure de plus en plus comme un réel évènement sociétal. (...) "Evidemment que le concours, par son étiquette internationale, renforce l’économie de proximité" analyse Pierre Maire, président du Lion équestre. (...) Une échéance de championnat du monde, c’est en effet l’opportunité de valoriser à la fois le travail des éleveurs et la production nationale, et à la fois le savoir-faire des cavaliers sur ce niveau d’épreuves. (...) La compétition est un support qui a aussi des retombées économiques et sociales locales. « Elle permet surtout de mettre en avant une mosaïque de compétences et d’activités de professionnels angevins », pointe du doigt Pierre Maire.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 6 octobre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.