L'Anjou Agricole 22 février 2018 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Les jeunes pointeurs angevins à Paris

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Petite séance d’entraînement, mardi 20 février au Gaec de la Chauffetière à Châtelais. La vache Ivoire de Christian Douet, qui participera au Concours général agricole, sert de support à l’exercice de pointage.
Petite séance d’entraînement, mardi 20 février au Gaec de la Chauffetière à Châtelais. La vache Ivoire de Christian Douet, qui participera au Concours général agricole, sert de support à l’exercice de pointage. - © AA

« Le visuel, c’est essentiel, en particulier en races allaitantes ». Antoine Gallard fait partie des jeunes angevins sélectionnés pour le CJAJ* du Salon de l’agriculture. Une fierté pour cet élève de terminale bac pro CGEA au lycée de Pouillé, qui a déjà participé au Sia, l’an dernier, en race blonde d’Aquitaine. Cette année, il est qualifié en race limousine et il sera accompagné de deux autres élèves de Pouillé, Julien Leclerc, pour la rouge des prés et Clément Hodé, pour la parthenaise.

Dans un concours ouvert à la tranche d’âge 15-25 ans, ces lycéens vont se trouver en compétition avec des pointeurs plus âgés et beaucoup plus chevronnés. Une expérience qui peut être intimidante, mais fort utile pour des jeunes passionnés par l’élevage, qu’ils se destinent à l’installation ou à des métiers de techniciens. « ça permet d’apprendre à argumenter lorsqu’on discute avec des professionnels », souligne Antoine Gallard. Le pointage est, en effet, « une description objective et méthodique des postes morphologiques » consistant à « faire une photo d’un animal vivant à l’instant T », comme le précise l’Institut de l’élevage. « Un concours de pointage, ça peut être un plus sur un CV, si par exemple, on veut devenir pointeur professionnel », ajoute Antoine Gallard.

*Concours de jugement des animaux par les jeunes.

Retrouver l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 23 février 2018

Débriefing avec Antoine Ménard, technicien à la Sica Rouge des Prés et pointeur professionnel. Les notes des élèves sont comparées à celles du technicien, comme au Sia, où leurs jugements seront comparés à celui d’un jury de référence.
Débriefing avec Antoine Ménard, technicien à la Sica Rouge des Prés et pointeur professionnel. Les notes des élèves sont comparées à celles du technicien, comme au Sia, où leurs jugements seront comparés à celui d’un jury de référence. - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des volumes conséquents de céréales n’ont pas trouvé de moyens de transport pour être acheminés. Il n’est pas sûr que les opérateurs français parviendront à réaliser les 8,4 millions de tonnes de blé tendre à l’export sur les pays tiers prévus par FranceAgriMer pour la campagne 2017/18

a indiqué Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréalier de FranceAgriMer, le 13 juin.

Le chiffre de la semaine
1 200
C'est le nombre d'hectares que Groupama Loire-Bretagne a enregistré, jeudi 14 juin, qui sont impactés par les pluies du début de semaine dans le Maine-et-Loire. Pour le moment, 34 agriculteurs ayant souscrit un contrat Climat se sont manifestés la semaine dernière et cette semaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui