L'Anjou Agricole 15 mars 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

De l’azote pour réveiller les blés

La plupart des agriculteurs du Maine-et-Loire ont réalisé le premier apport d’azote sur blé durant l’épisode de froid, fin février. Pour certains, le second ne devrait plus tarder. Encore faut-il accéder aux parcelles...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le Saumurois, le Gaec de Lenay, à Montreuil-Bellay, a semé environ 80 hectares entre le 23 et le 26 octobre. « Les blés n’ont pas souffert du froid », constate David Lecomte, salarié du Gaec en charge du suivi des grandes cultures.
Dans le Saumurois, le Gaec de Lenay, à Montreuil-Bellay, a semé environ 80 hectares entre le 23 et le 26 octobre. « Les blés n’ont pas souffert du froid », constate David Lecomte, salarié du Gaec en charge du suivi des grandes cultures. - © AA

Le Maine-et-Loire n’a pas été  épargné par le froid de fin février. « A priori, il n’a pas porté à conséquence sur mes blés. Aujourd’hui, ils ne se réveillent pas trop mal. Ils sont au stade redressement épi-0,5 », constate pour le moment Mickaël Aubert, agriculteur dans le Segréen. (...) Les parcelles non drainées sont « encore fraîches pour y accéder. » Même constat dans le Baugeois à cause de l’excès d’eau. (...) Dans le Saumurois, les blés du Gaec de Lenay « se portent très bien », note David Lecomte, le salarié en charge des grandes cultures. « Ils sont au stade fin  tallage-début montaison. On sent les effets du 1er apport d’azote », précise-t-il. Celui-ci a été effectué le 28 février. « Un mois plus tard que les autres années. » (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 16 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.