L'Anjou Agricole 12 avril 2018 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Mise à l'herbe : « on a de la chance d’avoir des coteaux »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette parcelle de prairie temporaire située en hauteur sera retournée pour cultiver du maïs. Les agriculteurs ont donc choisi d’y amener leurs vaches, malgré une portance limitée. Les animaux y laissent d’assez profondes empreintes.
Cette parcelle de prairie temporaire située en hauteur sera retournée pour cultiver du maïs. Les agriculteurs ont donc choisi d’y amener leurs vaches, malgré une portance limitée. Les animaux y laissent d’assez profondes empreintes. - © AA

Près de 110 mm en décembre, 141 mm en janvier, 75 mm en février, 90 mm en mars et déjà
40 mm sur les dix premiers jours d’avril. De l’eau, beaucoup d’eau sur les terres
d’Hugues et Béatrice Sourisseau, dans le Choletais. L’exploitation fait partie, depuis
cette année, du réseau de la pousse de l’herbe. « Heureusement, nous avons des
coteaux »
, relativise le couple, qui élève 55 vaches laitières et pratique le pâturage
tournant. « On essaie de valoriser au maximum l’herbe de printemps, sous forme de
pâturage ou de fauche »
, souligne Béatrice Sourisseau.

Depuis quelques années l’exploitation évolue vers un système de plus en plus herbager avec l’implantation de prairies multi-espèces (différents ray-grass anglais, de la fétuque, du dactyle pour les terres plus séchantes, différentes variétés de trèfles...). D’habitude, les vaches sont au champ dès début mars, le but étant de fermer le silo de maïs ensilage pendant quelques semaines. Mais cette année, les premiers bovins foulent le sol des prairies depuis le 7 mars, « et encore, pas en continu, explique Hugues Sourisseau. On les y met par demi-journées, pour ne pas trop endommager les sols. »

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 13 avril 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.