L'Anjou Agricole 21 février 2018 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Œufs coquille uniquement « issus d’élevage plein air » en 2022

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © UE/Benoît Bourgeois

La CFA réagit aux propos du ministre de l’Agriculture Stéphane Travert qui a indiqué son souhait qu’à horizon 2022, que « les œufs coquille soient issus d’élevage en plein air ou ne soient plus issus d’élevages en cage ». Des propos qui ont vivement fait réagir la Confédération française de l’aviculture (CFA) qui demande, dans un communiqué du 19 février, « quel message veut-il envoyer au consommateur ? quelle image souhaite-t-il donner au secteur des ovoproduits ? Quel message envoie-t-il aux éleveurs qui n’ont pas de foncier à disposition pour aller vers un système plein air ? ». La CFA rappelle que dans son plan de filière, la filière œufs s’est déjà engagée à dépasser, à horizon 2022, 50 % de la production en systèmes alternatifs à la cage, ce qui « nécessite l’arrêt de production de près de 9 millions de poules élevées actuellement en cage et des investissements pour la mise en place de 9 millions de poules en systèmes alternatifs », indique l’organisation. L’effort de modernisation est énorme, d’autant que les éleveurs continuent de payer les mises aux normes européennes de 2012. La CFA estime à près de 500 millions d’euros les investissements nécessaires dans les cinq prochaines années, et rappelle qu’Emmanuel Macron avait promis, en tant que candidat, « que ces investissements seraient accompagnés par son Grand plan d’investissement ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des volumes conséquents de céréales n’ont pas trouvé de moyens de transport pour être acheminés. Il n’est pas sûr que les opérateurs français parviendront à réaliser les 8,4 millions de tonnes de blé tendre à l’export sur les pays tiers prévus par FranceAgriMer pour la campagne 2017/18

a indiqué Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréalier de FranceAgriMer, le 13 juin.

Le chiffre de la semaine
1 200
C'est le nombre d'hectares que Groupama Loire-Bretagne a enregistré, jeudi 14 juin, qui sont impactés par les pluies du début de semaine dans le Maine-et-Loire. Pour le moment, 34 agriculteurs ayant souscrit un contrat Climat se sont manifestés la semaine dernière et cette semaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui