L'Anjou Agricole 22 mai 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Etiquetage : Bruxelles réticente à aller plus loin sur l’indication d’origine

Les règles d'étiquetage volontaires semblent constituer la solution la plus adaptée, estime Bruxelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Commission européenne tempère les volontés de renforcer le cadre d'étiquetage des produits.
La Commission européenne tempère les volontés de renforcer le cadre d'étiquetage des produits. - © AA

Pour la Commission européenne, l’étiquetage obligatoire de l’origine du lait, des viandes mineures (lapin, cheval, gibier) et des produits non-transformés et transformés contenant un ingrédient principal (céréales, fruits et légumes) n’est pas nécessaire.

Pour les produits laitiers et les produits non-transformés et transformés contenant un ingrédient principal, les conclusions sont sans appel : les surcoûts seraient trop élevés dans certains cas (notamment les produits à haut degré de transformation pour lesquels l’origine des matières premières est multiple).

Pour les viandes, la Commission est plus neutre, elle souligne seulement des coûts opérationnels supplémentaires qui devront être supportés par les opérateurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des volumes conséquents de céréales n’ont pas trouvé de moyens de transport pour être acheminés. Il n’est pas sûr que les opérateurs français parviendront à réaliser les 8,4 millions de tonnes de blé tendre à l’export sur les pays tiers prévus par FranceAgriMer pour la campagne 2017/18

a indiqué Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréalier de FranceAgriMer, le 13 juin.

Le chiffre de la semaine
1 200
C'est le nombre d'hectares que Groupama Loire-Bretagne a enregistré, jeudi 14 juin, qui sont impactés par les pluies du début de semaine dans le Maine-et-Loire. Pour le moment, 34 agriculteurs ayant souscrit un contrat Climat se sont manifestés la semaine dernière et cette semaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui