L'Anjou Agricole 14 septembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le blé français se heurte à une rude concurrence (FranceAgriMer)

De bonne qualité cette année, le blé français subit « une concurrence exacerbée » des autres origines, a souligné le 13 septembre FranceAgriMer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En cause des inquiétudes de FranceAgriMer, des productions « records » en mer Noire, notamment en Russie.
En cause des inquiétudes de FranceAgriMer, des productions « records » en mer Noire, notamment en Russie. - © Actuagri

« La donne sur le marché mondial va rendre difficile la valorisation de la récolte » tricolore qui est « importante en volume et de bonne qualité », a estimé Olivia Le Lamer, adjointe au chef de l’unité grains et sucre de FranceAgriMer, disant « craindre une frustration sur les prix ».

 

FranceAgriMer table sur 10,2 Mt de blé tendre exporté vers les pays tiers. Un chiffre « sous réserve d’une amélioration de la compétitivité » française : ce n’est « pas très élevé au regard des disponibilités », mais « élevé par rapport à la compétitivité-prix actuelle de l’origine France », a considéré Olivia Le Lamer. Le marché mondial évolue sous pression de la récolte russe, évaluée par l’USDA le 12 septembre à un pic historique de 81 Mt de blé tendre. Entre 160 et 170 dollars/t Fob, le blé fourrager de la mer Noire se situe à un faible niveau de prix qui donne le tempo. Et la Russie dispose aussi d’une production de qualité, selon l’établissement national. Résultat, le marché s’appuie sur « une référence en protéines plus à 12,5 % qu’à 11,5 % », a indiqué Olivia Le Lamer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui