L'Anjou Agricole 07 juin 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une analyse très poussée du génome du pommier ouvre de nouvelles perspectives

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vergers.
Vergers. - © AA

Un consortium international, mené par l’Inra et réunissant des chercheurs en France, Italie, Allemagne, Pays Bas et Afrique du Sud, a réalisé une analyse très poussée du génome du pommier, en combinant les dernières technologies de séquençage de l’ADN à celles de la cartographie classique. Ces résultats sont publiés dans Nature Genetics du 5 juin. Cette analyse permet aux chercheurs « d’avoir une vision sans précédent » sur la composition du génome du pommier. Elle ouvre de nouvelles perspectives pour la création de variétés, utilisant notamment moins de pesticides. Les chercheurs ont conduit des études épigénétiques, c’est-à-dire sur la transmission d’information indépendamment de la séquence de l’ADN. Cela leur a permis de mettre en évidence que des marques épigénétiques peuvent influencer le développement du fruit à travers l’expression différentielle des gènes.

Retrouvez plus d'informations sur ce sujet en lisant la chronique publiée dans l'Anjou Agricole du 16 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui