L'Anjou Agricole 12 mars 2020 à 11h00 | Par AA

A la quête d'une meilleure valorisation

A Chambellay, Geoffroy Deschères a présenté son élevage de blondes d'Aquitaine, lors de l'assemblée générale du syndicat de la race du département, jeudi 5 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« L'élevage de Geoffroy Deschères est basé sur un système naisseur », explique la conseillère Seenovia Chloë Picchiottino, lors de l'assemblée générale du syndicat des éleveurs de blondes d'Aquitaine du département.

Diversifier les débouchés
à Chambellay, en plus de son atelier de veaux de boucherie, l'agriculteur élève un troupeau de 30 vaches sur 66 hectares. Chaque année, il compte 40 vêlages sur son exploitation. « Les vaches et quelques génisses sont engraissées, les broutards sont vendus pour l'engraissement et je vends en moyenne 3 reproducteurs par an », précise l'éleveur. En plus, 2 à 3 veaux et une vache sont commercialisés en vente directe. « Les clients sont en demande puisqu'on appelle pour savoir quand se déroulera la prochaine vente ». Pour une meilleure valorisation, l'agriculteur cherche aussi à diversifier ses débouchés. Aujourd'hui, il vend auprès d'un marchand de bestiaux. Et confie être un peu perdu dans les prix du marché. « En ce moment, mes vaches partent pour 4,20 EUR - 4,50 EUR kilo carcasse. »  C'est pour cette raison qu'il a commencé à démarcher des bouchers. Les prix pratiqués ? 5 à 6 EUR/kg carcasse. Leurs exigences ? « Des animaux avec une bonne conformation et des bon bas de cuisse. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui