L'Anjou Agricole 10 juillet 2015 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Actions syndicales : une guillotine à la sous-préfecture et au supermarché à Segré

Une trentaine d'agriculteurs a participé à une action d'affichage, dans la nuit de jeudi à vendredi 10 juillet, à Segré. Des agriculteurs JA et FDSEA des cantons de Segré et de Pouancé se sont mobilisés pour alerter les GMS et les pouvoirs publics.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur le parking du Leclerc de Segré.
Sur le parking du Leclerc de Segré. - © JA49

Près de quarante affiches "Partagez vos marges, sauvons l'élevage" ont été placardées aux abords des grandes surfaces et en centre ville sur des panneaux publicitaires. "C'est la troisième fois depuis fin juin que l'on fait de l'affichage dans la ville, explique Ludovic Roncin, président du canton de Segré chez Jeunes agriculteurs. Et il faut se préparer à se mobiliser à nouveau rapidement".

"C'était une action symbolique forte également, avec la mise en situation de l'exécution d'un jeune agriculteur par guillotine, dans un premier temps par Michel-Edouard leclerc sur le parking de la grande surface puis par François Hollande devant la sous-préfecture de Segré. Les agriculteurs ont aussi déposé des bottes et des chaussures de travail en grand nombre. S'il n'y a plus d'agriculteurs demain, nous n'aurons plus besoin de bottes", poursuit Ludovic Roncin.

Devant la sous-préfecture, où les agriculteurs ont laissé des paires de bottes.
Devant la sous-préfecture, où les agriculteurs ont laissé des paires de bottes. - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui