L'Anjou Agricole 28 août 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

AGPB et FOP appellent à manifester le 3 et le 7 septembre

Malgré une bonne récolte de céréales à paille, le revenu des producteurs est « toujours en berne ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les producteurs de céréales sont eux-aussi appelés à manifester le 3 et le 7 septembre prochains.
Les producteurs de céréales sont eux-aussi appelés à manifester le 3 et le 7 septembre prochains. - © AA

« Les revenus ne seront pas au rendez-vous », a déclaré le président Philippe Pinta, en dénonçant « des normes superflues qui font exploser les charges ». L'AGPB réclame un gel à 5 % du prélèvement des aides au profit de la surprime aux premiers hectares. Elle reprend le mot d'ordre de la FNSEA pour un moratoire sur les normes et une fiscalité innovante. « Je suis extrêmement inquiet pour le revenu 2015 » des producteurs spécialisés en céréales et oléoprotéagineux, a confié Philippe Pinta, évoquant un niveau voisin des 16 400 euros dégagés en 2014. Les prix ont en effet chuté en un mois et demi de 40 euros par tonne de blé tendre à moins de 140 euros/t départ ferme, d'après ses chiffres. Une mauvaise récolte est annoncée en maïs (-28 %). Les aides Pac diminuent pour cause de redistribution vers l'élevage. « Les pouvoirs publics ne cessent de pénaliser les céréaliers dans leurs arbitrages nationaux sur la Pac et en multipliant les normes environnementales superflues », d'après l'AGPB.

 

La Fop appelle à manifester les 3 et 7 septembre

La Fédération des producteurs d'oléagineux et de protéagineux (Fop) a relayé le 27 août l'appel de sa maison mère la FNSEA à manifester le 3 septembre à Paris et le 7 septembre à Bruxelles. « Depuis longtemps déjà, les producteurs français d'oléoprotéagineux sont exaspérés par les interdictions ou restrictions sur l'utilisation des facteurs de production, par le décalage qui existe entre les promesses et les réalisations, à l'image du plan de relance des protéines végétales, par l'accumulation de contraintes qui brident toute volonté d'entreprendre et menacent leurs capacités à satisfaire marchés et débouchés », selon un communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui