L'Anjou Agricole 14 août 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Dégâts de sangliers : la pression s’intensifie

à Montigné-les-Rairies, les premiers dégâts de sangliers se font connaître. Sur l’exploitation d’Anthony Barrilé, 12 ha de maïs destinés à l’ensilage sont touchés, mettant ainsi à mal l’objectif d’auto-consommation de l’éleveur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lundi 13 août, 12 ha de maïs du Gaec Barillé à Montigné-les-Rairies ont été analysés par l’estimateur missionné par la Fédération de chasse du Maine-et-Loire. Cette parcelle de 2,6 ha, située à 1 km de la forêt de Chambiers, est détruite environ au tiers.
Lundi 13 août, 12 ha de maïs du Gaec Barillé à Montigné-les-Rairies ont été analysés par l’estimateur missionné par la Fédération de chasse du Maine-et-Loire. Cette parcelle de 2,6 ha, située à 1 km de la forêt de Chambiers, est détruite environ au tiers. - © AA

« Le problème avec les sangliers, c’est qu’en plus des conséquences directes de leurs dégats, ils entraînent des perturbations à moyen et long terme ». C’est ainsi qu’Anthony Barillé, éleveur laitier à Montigné-les-Rairies, résume son état d’esprit vis-à-vis de l’espèce, classée nuisible depuis juin 2018 en Maine-et-Loire. L’exploitation, qui s’étend sur 127 ha morcellés, est limitrophe de la forêt de Chambiers, vaste domaine forestier qui abrite également une réserve, lieu de préservation de la faune où aucun droit de chasse n’est délivré. Sur les 52 ha dédiés au maïs, 12 ha ont déjà subi des dégats importants. « Nous avons monté un dossier auprès de la fédération de chasse du Maine-et-Loire et un estimateur est venu  constater les premiers dégats lundi 13 août, afin que nous soyons indemnisés".

A cause de la surveillance accrue que demandent les sangliers, les mois de juillet et août, autrefois plus calmes, sont aujourd’hui une période de pointe. L’éleveur a aussi installé sur
15 ha plusieurs rangées de fil électrique, branchés sur secteur, pour protéger les parcelles en bordure de forêt. « Le procédé est efficace, mais là encore, il faut surveiller pour s’assurer que les fils ne sont pas cassés ou qu’un sanglier n’est pas enfermé dans la parcelle. C’est une présence quotidienne qui est requise. Et avant que ce soit opérationnel, il faut broyer et désherber : autant d’opérations chronophages ».

Les cultures d’hiver subissent, elles aussi, des dégâts. « Les poupées des parcelles détruites en été vont s’enfoncer dans le sol et les sangliers reviendront les chercher en hiver. Que devons-nous faire alors de ces parcelles, sur lesquelles nous passons néanmoins du temps pour travailler le sol ? Travailler en superficiel, implanter un méteil ? Semer de la luzerne devient impensable sous peine de la voir elle aussi détruite. Tous ces éléments ne sont pas pris en compte par l’indemnisation et toutes nos rotations en subissent les conséquences ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La seule méthode de substitution à cette molécule servant à la désinfection des sols en maraîchage est la désinfection à la vapeur.

a déclaré J. Rouchaussé, président de Légumes de France, suite à l’annonce par l’Anses du retrait des autorisations de mise sur le marché des produits phytos à base de métam-sodium

Le chiffre de la semaine
1er
Les Pays-de-la-Loire sont les 1er sur le plan national en production de viande bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui