L'Anjou Agricole 09 mai 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Désherber au plus près grâce à une bineuse auto-guidée

Depuis avril, la bineuse Robocrop Inrow de Garford ne chôme pas à l’entreprise de maraîchage Beaujean production. Grâce à sa caméra vidéo, la bineuse désherbe avec précision salades, choux et céleris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Attelée à l’avant du tracteur, la bineuse Robocrop Inrow de Garford désherbe les 50 hectares de salades de l’entreprise Beaujean, à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Pour désherber 1 hectare, Thibaut Chesneau, l’un des associés, compte environ 2h30 : « si la parcelle n’est pas sale. Sinon, on passe dans les deux sens. Ce qui double le temps. »
Attelée à l’avant du tracteur, la bineuse Robocrop Inrow de Garford désherbe les 50 hectares de salades de l’entreprise Beaujean, à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Pour désherber 1 hectare, Thibaut Chesneau, l’un des associés, compte environ 2h30 : « si la parcelle n’est pas sale. Sinon, on passe dans les deux sens. Ce qui double le temps. » - © AA

L’entreprise de maraîchage Beaujean production a investi dans une bineuse avec guidage de précison Robocrop Inrow de Garford en 2017. La bineuse travaille sur le rang et  l’interrang. Le déclic ? « à l’automne 2016, on avait beaucoup d’herbe dans les parcelles de salades », constate
Thibaut Chesneau, un des 2 associés de l’entreprise de Sainte-Gemmes-sur-Loire. En salade, il n’existe plus qu’un seul désherbant autorisé. « L’herbe qui envahit le plus nos parcelles est de la famille de la salade. Et ce produit n’est pas efficace. » Pour lutter, 2 solutions : le désherbage manuel ou mécanique. « Le désherbage manuel aurait un coût bien trop élevé. » (...)

Cette bineuse Garford semble alors la solution la plus adaptée. (...) Le principe ? Une caméra vidéo placée au-dessus de l’outil analyse les cultures. Les plantes sont numérisées une à une, de façon à visualiser leur espacement et les lignes de travail. (...) Dans le même temps, des rasettes scalpent les adventices sur l’interrang. (...) à partir d’avril, attelé à l’avant du tracteur, l’outil est devenu indispensable pour l’entreprise. « Nous l’utilisons près de 200 à 250 h/an », principalement pour les 50 hectares de salades. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du vendredi 11 mai 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui