L'Anjou Agricole 28 mai 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Emploi-formation - Gain de temps et recrutements plus ciblés avec la Bourse de l’emploi

L’association Adefa 49 fait face à une forte demande des exploitations et entreprises agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au micro, Vincent Marchesseau, exploitant agricole. Il recrute des salariés via la Bourse de l’emploi
Au micro, Vincent Marchesseau, exploitant agricole. Il recrute des salariés via la Bourse de l’emploi - © AA

Faire des “mises en relations pertinentes entre employeurs et salariés”, voici résumé l’objectif de la Bourse de l’emploi de l’Adefa* par la conseillère Martine Ferte. L’association tenait son assemblée générale, le 22 mai à Angers, en présence de nombreux partenaires, notamment Pôle emploi. “La valeur ajoutée de la Bourse de l’emploi, c’est la prospection des candidats. Nous avons un entretien systématiquement avec eux avant d’en présenter à l’employeur”, précise Martine Ferte.

Anticipation

Les avantages : le gain de temps et l’anticipation. “Avant de connaître la bourse, on fonctionnait par bouche à oreille, et on s’y prenait au dernier moment, se souvient Vincent Marchesseau. Cet agriculteur apprécie “la réactivité et la qualité du service”. Mieux, sa vision du recrutement a évolué : “J’ai compris que cela faisait partie de mon métier.” Une fois les relations bien établies avec l’employeur, la Bourse à l’emploi anticipe même ses besoins. “Quand je sais qu’une entreprise recrute tous les ans au même moment, je sélectionne à l’avance des profils de candidats que je vois passer”, explique la conseillère emploi.

Camille Raimbault, titulaire d’un BTS, enchaîne depuis deux ans les CDD décrochés via la Bourse de l’emploi. “Je recherchais plutôt un CDI, mais le bilan est positif tout de même”, explique ce jeune spécialisé en grandes cultures. Une relation de confiance s’est instaurée et la bourse reste en veille pour l’orienter vers un poste en CDI.

Et lorsqu’aucune adéquation n’est trouvée entre employeur et candidat, d’autres voies sont possibles  comme la formation via le Geiq Agriqualif, les évaluations en milieu de travail, voire, parfois une réorganisation interne à l’entreprise.

Mais le secteur reste en tension puisque dès aujourd’hui, autour de 700 postes vont être à pourvoir chaque année en agriculture dans le Maine-et-Loire. “Il nous manque des salariés formés et opérationnels”, alerte Luc-Paul Prevost,
président de l’Adefa. La clé est sans doute, en partie, dans les formations courtes, ont souligné plusieurs participants.


S.H.
*Association départementale pour l’emploi et la formation en agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui