L'Anjou Agricole 28 août 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Export - Les pommes d’Anjou subiront l’embargo russe

Les professionnels de la pomme jugent les mesures insuffisantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Val de Loire fournit 50 % du volume français de pommes exporté.
Le Val de Loire fournit 50 % du volume français de pommes exporté. - © AA

Des mesures insuffisantes. C’est principalement ce que reprochent les professionnels de la pomme du Maine-et-Loire à l’annonce de la Commission européenne des 125 M6 débloqués pour faire face à l’embargo russe.

Pour rappel, l’Europe prévoit des mesures pour aider le secteur des fruits et légumes impacté par cet embargo. L’objectif ? réduire les quantités sur le marché avec des retraits pour distribution gratuite, non-cueillette... La somme (125 M6) ramenée à l’échelle de l’Union européenne, semble dérisoire, explique  Pascal Pineau, président du SDPF du Maine-et-Loire (Syndicat départemental des producteurs de fruits). Puisque cet embargo touche aussi la Pologne, la Lituanie, la Belgique et les Pays-Bas.

Répercussions
problématiques

Le Maine-et-Loire est le 1er département producteur de pommes. Et 50 % du volume français exporté est produit en Val de Loire. Le responsable se dit donc inquiet. Ce n’est pas tant la fin des exportations des pommes d’Anjou en Russie qui le préoccupe, mais davantage les répercussions de cet embargo sur tout le marché export. “Le circuit qui était en place vient d’être détruit et obligatoirement, il y aura des conséquences.” Les produits qui n’iront plus à l’exportation vont se rabattre sur les pays européens. Conséquence ? Une situation de crise et concrètement des prix à la baisse. L’embargo ne fait qu’aggraver une situation déjà difficile. Pour preuve, les chiffres rendus la semaine dernière par l’Observatoire des prix des fruits et légumes 2014 de Familles rurales. Il constate “une baisse des prix par rapport à 2013, année où les prix ont été les plus élevés : de - 12 % pour les fruits et de - 3 % pour les légumes. Pour exemple, le prix de la pomme a baissé de 23,32 % entre 2013 et 2014. “Nous sommes dans un contexte de crise de la consommation, remarque Louis-Luc Bellard, président de la coopérative Vergers d’Anjou. Et à cela s’ajoute une surproduction européenne.”

Pour Pascal Pineau, l’état doit agir au plus vite. “Pourquoi ce sont nous, les agriculteurs, qui devrions subir les conséquences du conflit ukrainien ? L’état doit mettre en place un plan d’action à la hauteur et cela doit se faire rapidement.”

H.R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je veux dire aux agriculteurs que je suis derrière eux parce que nous sommes un grand pays d’agriculture, et je veux que nous continuions à l’être

a déclaré Emmanuel Macron en réponse aux manifestations de la FNSEA et des JA du 22 octobre

Le chiffre de la semaine
- 4,4 %
Les cours des vaches ont baissé de - 4,4 % depuis l'année dernière.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui