L'Anjou Agricole 24 juin 2020 à 11h00 | Par AA

Faucher et sauver la faune sauvage

Mardi 23 juin, une démonstration de barre d'effarouchement était organisée au Mesnil-en-Vallée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au Mesnil-en-Vallée, grâce à une barre d'effarouchement, le Gaec de la Thau a sauvé une cane et 3 lièvres.
Au Mesnil-en-Vallée, grâce à une barre d'effarouchement, le Gaec de la Thau a sauvé une cane et 3 lièvres. - © AA

Au Mesnil-en-Vallée, Stéphane Oger utilise depuis un an une barre d'effarouchement pour la fauche de ses prairies. En partenariat avec le réseau Arbre, la Fédération des chasseurs et le Cen (Conservatoire d'espaces naturels) Pays de la Loire, il a présenté l'outil, mardi 23 juin, sur une prairie naturelle. Son Gaec, en production laitière, se situe dans le bassin versant de la Thau. Il est engagé dans une démarche MAEC (Mesures agro-environementales et climatiques) : « la plus contraignante, précise l'éleveur. C'est pour voir si mon système peut s'adapter au bio ».
Sur les 101 hectares, 67 % sont consacrés à l'herbe. Elle sert à l'alimentation des 85 vaches laitières. Depuis 2015, il pratique l'affouragement en vert. La barre d'effarouchement est utilisée à la fauche et au passage de l'autochargeuse. Elle a avant tout un intérêt environnemental. « J'en avais marre de tuer des lièvres et des canes et leurs nids », explique l'agriculteur qui est aussi chasseur. « En période de reproduction, on se doit de protéger les animaux. » L'outil est attelé sur le relevage avant du tracteur et facile d'installation. Le fonctionnement est simple. Les peignes installés sur la barre effleurent le sol, ratissent l'herbe et forcent les animaux à quitter la parcelle. La vitesse de fauche ? 6 à 10 km/h. Une centaine d'hectares a déjà été fauchée avec la barre. « Nous avons sauvé 3 lièvres et une cane », note l'agriculteur. Autre effet positif difficilement quantifiable : « on préserve aussi les auxiliaires de culture. » Au passage de la barre, de nombreux insectes s'envolent, a pu constater l'agriculteur. L'outil neuf coûte environ 3 500 euros. « Avant, le Conseil régional finançait à 40 % l'outil, note Nicolas Beaumont. Nous réfléchissons à la Fédération à mettre en place une autre aide...»
H.r

La Fédération des chasseurs met à disposition des agriculteurs 3 barres d'effarouchement. Vous pouvez les contacter au 02 41 72 15 00.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.