L'Anjou Agricole 22 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

JA : 4 grands axes de travail pour 2016

Le 21 janvier, le syndicat national Jeunes agriculteurs a présenté ses grands axes de travail pour 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thomas Diemer, président de JA national.
Thomas Diemer, président de JA national. - © JA

« Revoir la gouvernance et notre place dans les coopératives, développer la contractualisation, regrouper l'offre des producteurs pour peser face aux autres maillons de la filière et trouver plus de valeur ajoutée à nos produits ».


Thomas Diemer, président des JA, précise bien que le syndicat « travaille sur du structurel ». Florent Dornier reconnaît que « cela ne ramènera pas de la trésorerie dans les exploitations ! », mais l'ensemble de ces axes permettra de redonner une vision de long terme à l'agriculture française. Le syndicat déplore également « le décalage entre l'urgence de la situation et le temps mis par l'administration » pour traiter les dossiers déposés pour bénéficier des aides du plan élevage du gouvernement.


Jérémy Decerle, vice-président est revenu sur le chantier de l'installation : « il y aura sans doute un recul des installations cette année du fait des difficultés administratives et économiques ». L'installation mais surtout le soutien de la transmission sont toujours des sujets au cœur des préoccupations du syndicat tient-il à rappeler.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui