L'Anjou Agricole 09 décembre 2015 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L'amendement qui visait à taxer les gros abattoirs est retiré

La rapporteure générale de la commission des finances a retiré l'amendement qui visait à instaurer une taxe de 5 % sur le chiffre d’affaires des entreprises de transformation de produits carnés.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le gouvernement avait préalablement rendu un avis défavorable, pour « des raisons techniques ».
Le gouvernement avait préalablement rendu un avis défavorable, pour « des raisons techniques ». - © Actuagri

L'amendement visait surtout à relancer le débat sur les difficultés rencontrées par l'élevage, explique-t-on dans l'entourage des députés auteurs du texte. D'ailleurs Valérie Rabault (rapporteure) a souhaité, le 4 décembre, « qu’une réflexion soit menée, quitte à ce qu’elle dépasse le cadre de ce PLFR ». Et de conclure : « nous devons soutenir l’élevage si nous ne voulons pas nous retrouver, dans cinq ou dix ans, avec un pays qui importera de la viande alors qu’il est capable d’en produire lui-même, et de très bonne qualité ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.