L'Anjou Agricole 22 juillet 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La castration : entre mécanisation et main d'oeuvre

Les chantiers de castration de semences de maïs se sont précipités dans le département avec les coups de chaleurs qui accélèrent la maturation des plantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À raison d'environ deux hectares à l'heure, Oliver Lemarié parcourt et coupe les rangs qui atteignent 1,80 mètres en pilotant sa machine, achetée il y a deux ans et demi.
À raison d'environ deux hectares à l'heure, Oliver Lemarié parcourt et coupe les rangs qui atteignent 1,80 mètres en pilotant sa machine, achetée il y a deux ans et demi. - © AA

"Plus personne ne fait de castration 100 % manuelle et personne ne peut faire du 100 % mécanique". Mardi 21 juillet, Olivier Lemarié s'affaire à terminer sa troisième coupe à la machine, avant d'accueillir dès le lendemain une vingtaine de saisonniers pour "une période intense" de 10 jours de castration manuelle sur ses 28 ha de maïs semence. Depuis quelques jours déjà, l'agriculteur des Rosiers s/ Loire peut passer jusqu'à huit heures sur sa machine. "Avec le temps chaud, le maïs fleurit très rapidement. Les variétés ont été semées après les intempéries, aux alentours du 12 mai, et les fleurs arrivent à maturité quasiment en même temps En ce moment, je dois couper chaque jour. L'an passé c'était plutôt toutes les 48 heures", explique l'exploitant, qui envisage même une quatrième coupe. Une opération précise qu'il réalise sur sa castreuse avec une coupe à couteaux, plutôt qu'à rouleaux (qui arrache les fleurs). "J'ai fait des essais avec l'autre système, mais trop de feuilles sont arrachées. Cette année, cela semble ne pas convenir aux trois variétés que je sème pour la première fois". Car, si Olivier Lemarié produit du maïs semence depuis son installation en 2001, "les variétés sont très vite renouvelées. On doit s'adapter tous les ans à leurs spécificités, et notamment à leur précocité", précise l'exploitant qui vend sa production à Limagrain.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 24 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Il est nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles

Dans un courrier envoyé au Président de la République, la FNSEA juge « nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles »

Le chiffre de la semaine
10 %
C'est le taux national du vote électronique qui a été réalisé lors des dernières élections aux Chambres d'Agriculture.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui