L'Anjou Agricole 02 juillet 2018 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA et WWF « engagent le dialogue » au travers d'une déclaration commune

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Nous sommes persuadés qu’il est désuet d’affronter agriculture et environnement. Leur réconciliation est indispensable car l’agriculture détient les solutions pour bon nombre d’enjeux : démographique, climatique & énergétique », souligne Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, lors du forum international Planet A.
« Nous sommes persuadés qu’il est désuet d’affronter agriculture et environnement. Leur réconciliation est indispensable car l’agriculture détient les solutions pour bon nombre d’enjeux : démographique, climatique & énergétique », souligne Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, lors du forum international Planet A. - © AA - DR

A l'occasion du forum international Planet A, à Châlons-en-Champagne le 29 juin, la FNSEA et WWF ont signé une déclaration commune « pour promouvoir un combat positif, pérenne et pluridisciplinaire pour une agriculture innovante, durable et humaine. » Les deux organisations « veulent engager le dialogue » mais « sans nier nos désaccords sur certains sujets ».

Déclaration commune

Dans la déclaration commune, elles disent partager le fait « que l’agriculture est au coeur des solutions » et plaident pour une « indispensable transition agricole qui fera appel à l’ensemble des modes de production (...) : agriculture raisonnée, agriculture de précision, agroécologie, agriculture de conservation, agriculture biologique, protection intégrée des cultures, etc. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui