L'Anjou Agricole 24 février 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : la FNPL réclame un audit sur la contractualisation dans la filière

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FNPL incite les organisations de producteurs à communiquer entre eux.
La FNPL incite les organisations de producteurs à communiquer entre eux. - © AA

La Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) demande au ministère de l'Agriculture un audit concernant la contractualisation dans la filière lait. Certaines entreprises n'ont effectivement pas respecté leur contrat auprès des agriculteurs.

André Bonnard, trésorier de la FNPL, dénonce «une distorsion de concurrence» entre producteurs du fait de «l'individualisation» de certains contrats entre producteurs et transformateurs, lors d'une conférence de presse, le 23 février. D'après lui, «il ne sera pas possible de faire une politique agricole» en maintenant ce système.

La FNPL demande donc un audit afin que le ministère prenne les mesures nécessaires pour éviter cette situation dans un contexte de fin de quota et incite les organisations de producteurs à communiquer entre eux. Les contrats français ont la particularité d'être établis sur une base de prix, comme les autres pays européens, mais aussi de volume. Une spécificité qui pourrait freiner le développement de la production laitière en France, face à un marché mondial porteur et des pays européens dont la capacité de production est déjà bien établie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui