L'Anjou Agricole 29 juillet 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le gouvernement confirme la restructuration de la dette des exploitations

Lors d’une conférence de presse le 28 juillet, Michel Sapin, Stéphane Le Foll et Emmanuel Macron ont confirmé la restructuration de la dette des élevages en difficulté.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

Ils prévoient « une modulation de l’allongement » de ces prêts afin de « baisser les annuités », selon le ministre de l'Agriculture. Pour les jeunes agriculteurs et jeunes entrepreneurs, la possibilité de « reporter une annuité en fin de tableau » sera envisagée, en fonction de leurs investissements de départ. Le dispositif de garantie bancaire de la Banque publique d’investissement sera également « mis en place cette semaine », annonce E. Macron, ministre de l'Econome.

 

Les ministres s’appuient « sur les cellules d’urgences départementales », qui évalueront au cas par cas la situation de chaque exploitations. Stéphane Le Foll a rappelé que la crise de l’élevage est avant tout « une crise de marché » qui « a des conséquences sur les capacités de remboursement de prêt des éleveurs. Nous ne voulons pas faire de prêts bonifiés qui devront être remboursés au bout de cinq ans.[…] nous voulons restructurer les prêts dans les exploitations les plus fragiles ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui