L'Anjou Agricole 25 septembre 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

légumes - Angers, capitale de la carotte pour trois jours

Angers accueillait le symposium carotte et autres apiacées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Henri Pluvinage, Mathilde Briard et Vincent Schieber représentant respectivement le CTIFL, Agrocampus Ouest - IRHS et Carotte de France, ont présenté le symposium qui avait pour ambition de mettre en relation directe tous les acteurs de la filière.
Henri Pluvinage, Mathilde Briard et Vincent Schieber représentant respectivement le CTIFL, Agrocampus Ouest - IRHS et Carotte de France, ont présenté le symposium qui avait pour ambition de mettre en relation directe tous les acteurs de la filière. - © AA

Plus de 500 congressistes et 36 nationalités derrière la carotte. Le centre des congrès d’Angers accueillait, du 17 au 19 septembre, le symposium international carotte et autres apiacées organisé par Carotte de France, Agrocampus Ouest - IRHS et le CTIFL. Vincent Schieber, président de Carotte de France explique la démarche : “Il s’agît de réunir toute la filière carotte et autres apiacées”, afin que chaque corps de métier partage son expertise. Le but est de montrer les outils qui existent et l’important aujourd’hui est que les producteurs s’approprient les avancées de la recherche, et que les deux mondes se comprennent. Car au quotidien, “pour le producteur, un parasite est une calamité, pour le chercheur, c’est une aubaine”, illustre le président.

Pour cela, les organisateurs ont programmé différents types de conférences alternant les séances plénières et les réunions axées technique ou recherche. Quarante-huit présentations orales ont permis de balayer l’ensemble des sujets d’actualité des apiacées (génétique, valorisation des produits et qualité, protection des cultures...).

L’Anjou, berceau
de la carotte

En clôture, le vendredi était consacré aux visites. Car même si l’Anjou n’est pas un bassin de production important pour le deuxième légume de France, il est un haut lieu de la recherche végétale. Outre les établissements publics, “c’est ici que sont les semenciers et nous sommes partenaires depuis longtemps avec l’Agrocampus Ouest - IRHS. C’est un juste retour des choses que de venir à Angers”, justifie Vincent Schieber. Animé par un sentiment de réussite, après un premier congrès en Aquitaine en 2007 et cette édition angevine, le comité d’organisation envisage de créer un évènement récurrent. Reste à définir à quelle fréquence.

 

Ronan lombard

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui