L'Anjou Agricole 16 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les Etats-Unis vont rouvrir leurs portes aux importations de bœuf français

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © jc Gutner

Les autorités américaines ont décidé de rouvrir leur porte aux importations de bœuf français, pour la première fois depuis l'imposition d'un embargo en 1998 consécutif à la crise de la vache folle en Europe, a indiqué le 13 janvier le ministère de l'Agriculture. Dans un courrier reçu la veille au ministère, les Etats-Unis ont reconnu une équivalence entre les systèmes de contrôle de production français et américains, ouvrant de facto la porte à des importations de bœuf français. Cette décision est l'aboutissement d'un « travail de comparaison réglementaire que nous avons commencé il y a à peu près deux ans », a expliqué à l'AFP Stéphanie Flauto, sous-directrice à la Direction générale de l'alimentation (DGAL). Les autorités françaises peuvent maintenant agréer les établissements (abattoirs et ateliers de découpe et de transformation) qui le demandent et qui répondent à des critères sanitaires bien précis concernant la lutte contre l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), mais aussi différentes souches d'E.Coli. Il reste à mettre au point, par les deux pays, le certificat sanitaire qui accompagnera obligatoirement chaque lot expédié. L'Irlande, la Lituanie et les Pays-Bas ont déjà bénéficié de cette ouverture des Etats Unis à leur viande bovine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Les négociations commerciales en cours doivent aboutir à un niveau de valorisation des coûts qui prend en compte la hausse des charges de production pour les éleveurs caprins

demande Coop de France dans un communiqué de presse du 16 janvier.

Le chiffre de la semaine
989
En Pays-de-la-Loire, on recense 989 entreprises de travaux agricoles, dont 573 employeuses de main d'œuvre. Cela représente près de 6 000 actifs (2 400 ETP).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui