L'Anjou Agricole 26 juillet 2016 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Néonicotinoïdes : Les Républicains saisissent le Conseil constitutionnel

Des députés Les Républicains ont saisi le Conseil constitutionnel, a-t-on appris le 25 juillet, considérant que «plusieurs articles de la loi biodiversité méconnaissent des dispositions et principes de valeur constitutionnelle».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Actuagri

Parmi ces articles, le n° 125 interdisant l"utilisation des néonicotinoïdes à compter de septembre 2018 : « cet article sera censuré par le Conseil constitutionnel », considèrent les Républicains dans la saisine déposée le 22 juillet. Selon eux, « les restrictions ou les interdictions d'usages des substances de la famille des néonicotinoïdes relèvent de la seule compétente de la Commission européenne ».

 

D'autres articles font l'objet de la saisine des Républicains : l'article 2 sur l'inscription dans la loi du principe de non-régression ou encore l'article 11 qui, selon eux, « crée une discrimination en matière de cession, fourniture ou transfert de semences ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.