L'Anjou Agricole 25 novembre 2015 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Phytos : les ETA déplorent des refus de vente à des agriculteurs sans certificat

Les entrepreneurs de travaux agricoles ont réclamé le 24 novembre de pouvoir retirer des phytos pour les agriculteurs dépourvus de Certificat individuel pour l’utilisation des produits phytopharmaceutiques (CIPP), ayant constaté des refus de vente.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En juin 2015, les ETA/EDT manifestaient devant les préfectures ligériennes pour demander plus de flexibilité réglementaire.
En juin 2015, les ETA/EDT manifestaient devant les préfectures ligériennes pour demander plus de flexibilité réglementaire. - © Archives AA

« L’article 254-20 du code rural prévoit que les distributeurs peuvent céder des produits phytosanitaires professionnels à des personnes pour le compte desquelles des utilisateurs professionnels vont utiliser les produits phytopharmaceutiques en cause sur présentation de justificatifs définis par arrêté du ministre de l’Agriculture », rappelle un communiqué de la FNEDT.

 

A partir du 25 novembre, le CIPP devient obligatoire pour acheter et utiliser des phytos. La fédération recommande à l'agriculteur dépourvu de certificat de fournir, lors de l’achat, la copie de l’agrément phyto détenu par l’entrepreneur. Le distributeur enregistre alors le numéro sur la fiche du client et délivre les produits à l’entreprise mandatée. "En cas de difficulté, les services régionaux de l’alimentation des Draaf sont là", indique le communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette initiative législative s’inscrit dans une volonté de renforcer l’arsenal juridique contre les actes de violence à l’égard des exploitations agricoles

explique Marc Le Fur qui a déposé un projet de loi visant à supprimer la réduction d’impôts pour les donateurs des associations dont les membres ont été coupables d’actes d'intrusion

Le chiffre de la semaine
2 500 ha
C'est la surface de quinoa que souhaite implanter la CAPL en 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui