L'Anjou Agricole 31 janvier 2019 à 09h00 | Par Romain Devaux

Autonomie protéique des élevages lait : poser le bon diagnostic

Déployé par Seenovia chez ses adhérents, l’OAD (Outil d’aide à la décision) Devautop permet de mieux apprécier l’autonomie protéique des élevages bovins lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrice Dougé (au centre), directeur général de Seenovia, lors de la journée technique consacrée à l’optimisation des ressources en protéines des troupeaux laitiers, mardi à Neuvy-en-Mauges.
Patrice Dougé (au centre), directeur général de Seenovia, lors de la journée technique consacrée à l’optimisation des ressources en protéines des troupeaux laitiers, mardi à Neuvy-en-Mauges. - © AA

Quand les cours des céréales, et singulièrement du soja, sont orientés à la hausse, la question de l’autonomie protéique des élevages laitiers revient au cœur des préoccupations.

Mardi 29 janvier, la société de conseil Seenovia a consacré au sujet une de ses “Seenoviales” (journée technique). Dans la salle des loisirs de Neuvy-en-Mauges, une soixantaine d’éleveurs sont venus assister à la conférence introduite par le directeur de Seenovia Patrice Dougé, avant de visiter une ferme du secteur l’après-midi.

Depuis le milieu des années 2010, Seenovia met à disposition de ses adhérents un OAD baptisé Devautop. François Battais, le consultant Seenovia qui a présenté l’outil lors de la journée technique, commence par évaluer la production de « lait autonome » par rapport aux besoins en matière azotée (MAT) du troupeau.

L’OAD rend également possible le calcul de la dépendance alimentaire d’un élevage. En termes de surfaces engagées à l’extérieur, comme de bilan carbone de l’achat de MAT.

 

V.F.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

2020 est la dernière année de financementde l’actuel PCAE. Les éleveurs porcinsdoivent donc engager très rapidementune démarche de réflexion sur l’évolution deleur outil de production pour en bénéficier.

souligne Gérard Bourcier, président du Comité régional porcin des Pays-de-la-Loire

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre d'agriculteurs qui se sont mobilisésle 8 octobre sur tout le territoire à l’appel de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs pour exprimerleur ras-le-bol face à la déconsidération sociale et politique de leur métier.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui