L'Anjou Agricole 06 décembre 2017 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Recherche : on sait mieux simuler l’impact d’une météo extrême sur l’agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Un projet européen, intitulé Modextreme mené par l’Inra de 2013 à 2016, a permis d’améliorer les systèmes de modélisation des impacts climatiques extrêmes (vagues de chaleur et de froid, longues périodes de sécheresses, fortes gelées) sur les grandes cultures, arbres fruitiers et prairies, a indiqué l’Inra le 5 décembre. Les travaux des chercheurs ont notamment conduit à formaliser les impacts de ces phénomènes météorologiques sur le rendement agricole et à intégrer ces outils aux systèmes de prévision et d’alerte précoce de la Commission européenne.

Ce projet « devra notamment permettre la mise en place au niveau local de plans d’adaptation pour une agriculture durable via l’élaboration et la diffusion d’outils de gestion des risques reliés à des systèmes d’alerte », a précisé l’Inra.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’ambition est de multiplier par 5 les surfaces de cultures associées à horizon 5 ans

a annoncé Terrena. La coopérative poursuit le déploiement des associations de cultures, en accueillant un séminaire du projet ReMIX, qui vise à généraliser cette pratique économe en intrants.

Le chiffre de la semaine
1,11
million de tonnes de blé tendre a été embarqué en avril vers les pays tiers, un record mensuel sur la campagne. Cela porte le total à 6,761 Mt sur 10 mois.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui