L'Anjou Agricole 28 janvier 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une agroécologie en marche, des agriculteurs aguerris

Lors du colloque "Agroécologie et systèmes de culture innovants", aux Ponts-de-Cé, une table ronde s'interrogeait : l'agroécologie est-elle une opportunité ou une obligation ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Bernard Bélouard, président Arvalis-Institut du végétal des Pays-de-la-Loire, Dominique Tremblay, conseiller régional délégué à l'agriculture et à l'alimentation, Jean-Paul Goutines, directeur de la FRSEA et animateur de la table ronde, Christiane Lambert, première vice-présidente de la Chambre régionale, Jean-Claude Merceron, président Commission locale eau du Sage Vie-et-Jaunay et Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint de l'Inra.
De gauche à droite : Bernard Bélouard, président Arvalis-Institut du végétal des Pays-de-la-Loire, Dominique Tremblay, conseiller régional délégué à l'agriculture et à l'alimentation, Jean-Paul Goutines, directeur de la FRSEA et animateur de la table ronde, Christiane Lambert, première vice-présidente de la Chambre régionale, Jean-Claude Merceron, président Commission locale eau du Sage Vie-et-Jaunay et Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint de l'Inra. - © AA

L'agroécologie, obligation ou opportunité ? Elle est avant tout une volonté affichée de la nouvelle loi d'avenir. Elle la définit comme un « système de production privilégiant l'autonomie des exploitations agricoles et l'amélioration de leur compétitivité en diminuant la consommation d'énergie, d'eau, d'engrais, de produits phytopharmaceutiques et de médicaments vétérinaires ». Une définition à laquelle, en théorie, tout agriculteur aurait envie d'adhérer, comme le souligne Christiane Lambert, première vice-présidente de la Chambre d'agriculture régionale, au cours de la table ronde du colloque "Agroécologie et systèmes de cultures innovants"*.

Même si le « mariage entre agriculture et environnement est en cours », il ne faut pas, pour autant, en oublier l'essentiel : les marchés.
Beaucoup se félicitent que ce nouveau concept replace l'agriculteur au centre du débat. Mais Christian Huygue, directeur scientifique adjoint de l'Inra, relativise ces propos et s'interroge : « ce ne devrait pas être l'économie ? »

Bernard Bélouard, le président d'Arvalis-Institut du végétal des Pays-de-la-Loire, est sceptique : « si le coût de production augmente, pourra-t-on toujours vendre nos produits  ? » Selon lui, il faut aborder le sujet sous l'angle mondial. Mais aussi dans une démarche holistique, précise Christian Huyghe. « L'agroécologie doit exister dans tous les systèmes.  Que ce soit en élevage, en viticulture, en arboriculture, etc. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 30 janvier.

* Un colloque organisé par la Chambre régionale des Pays-de-la-Loire, au Campus de Pouillé, aux Ponts-de-Cé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Il est nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles

Dans un courrier envoyé au Président de la République, la FNSEA juge « nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles »

Le chiffre de la semaine
10 %
C'est le taux national du vote électronique qui a été réalisé lors des dernières élections aux Chambres d'Agriculture.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui