L'Anjou Agricole 29 juillet 2015 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Une vendange 2015 supérieure à la moyenne quinquennale

Le vignoble français retrouverait pour la deuxième année consécutive un potentiel de production plus conforme à ses ambitions. Mais les conditions climatiques peuvent encore peser sur la récolte 2015.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A défaut d’incidents climatiques majeurs, la récolte 2015 constituerait un deuxième millésime relativement abondant.
A défaut d’incidents climatiques majeurs, la récolte 2015 constituerait un deuxième millésime relativement abondant. - © AA

Avec 46,6 millions d’hectolitres, la vendange 2015 serait en léger recul (-1 %) par rapport à celle de 2014 mais supérieure de 2 % à la moyenne de celles de ces cinq dernières années, selon les premières estimations arrêtées au 20 juillet publiées par Agreste. « Ces estimations sont encore très provisoires au regard de l’incertitude entourant l’évolution de la sécheresse en cours », note la publication du service statistique du ministère de l’Agriculture et doivent être affinées lors des prochaines semaines.


A défaut d’incidents climatiques majeurs, la récolte 2015 constituerait un deuxième millésime relativement abondant après deux très petites récoltes (2012 et 2013) qui avaient eu pour conséquence une forte diminution des stocks voire des difficultés à répondre à certains marchés export. Le potentiel de production serait identique à 2014 pour les vins AOP et même en hausse pour les IGP et en recul pour les vins de base des eaux de vie et des vins sans indication géographique.


Les prévisions sont cependant assez contrastées selon les régions. La première région française en volume, le Languedoc-Roussillon, verrait sa vendange augmenter de 6 %. Les deux autres vignobles du sud, épargnés par les intempéries (mais pas par la sécheresse actuellement) progresseraient également : + 6 % pour le sud-est et + 10 % pour la Corse. A l’inverse, le potentiel de production de la Champagne et de la Bourgogne-Beaujolais serait en recul, respectivement de 10 % et 4 %. La vendange en bordelais serait stable et même en hausse de 2 % sur la moyenne quinquennale. Dans le Val-de-Loire, l’état sanitaire du vignoble est très bien préservé, conséquence des fortes chaleurs. Mi-juillet, en Pays-de-la-Loire, la réserve hydrique des sols n’est pas trop entamée et le développement normal des baies - le stade fermeture de la grappe est fréquemment atteint - laisse envisager une récolte dans la moyenne.


Si, globalement, la canicule a réduit les attaques de mildiou, la végétation commençait à montrer dans certaines régions, à la mi-juillet, « des signes de stress hydrique », note Agreste. « Dans de nombreuses régions, la production dépendra dans les semaines à venir de l’évolution des conditions climatiques, notamment de la sécheresse en cours », indique la publication.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Il est nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles

Dans un courrier envoyé au Président de la République, la FNSEA juge « nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles »

Le chiffre de la semaine
10 %
C'est le taux national du vote électronique qui a été réalisé lors des dernières élections aux Chambres d'Agriculture.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui