L'Anjou Agricole 10 août 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

X. Beulin demande un rendez-vous au PDG de Lactalis, accompagné de T. Roquefeuil

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume Perrin

Dans une lettre du 4 août adressée au PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, Xavier Beulin, président de la FNSEA, lui propose une rencontre, en présence de Thierry Roquefeuil, président de la Fédération national des producteurs de lait (FNPL) « dans les meilleurs délais, pour éviter la stérile surenchère médiatique, qui ne peut conduire qu’à plus de désespoir et de colère, et en vue de tenter de construire ensemble ». Dans cette lettre, le président de la FNSEA qualifie cet "échange" d’« urgent » et présente Emmanuel Besnier comme « exaspéré par les actions syndicales des producteurs ». Il désire « évoquer les sujets de fond: évidemment en premier lieu, le niveau de rémunération du prix du lait, mais aussi l’avenir de la filière. » Déjà le 7 juillet, la FRSEA de Bretagne et des Pays-de-la-Loire ainsi que la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles de l'Ouest (FRSEAO) avaient écrit à Emmanuel Besnier pour alerter sur la situation critique des producteurs de lait. Depuis plusieurs semaines, des actions syndicales orientées contre Lactalis ont lieu dans l’Ouest.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui